Les théories de Thomas Piketty
trouvent une oreille favorable aux Etats-Unis

Thomas Piketty via http://toutoblog.unblog.frLe livre de Thomas Piketty – « Le Capital au XXIème siècle », paru en 2013 en France et 2014 aux Etats-Unis – semble avoir convaincu quelques gros patrons américains, tels que le géant américain de l’assurance Aetna, la marque de prêt-à-porter Gap et le géant de la grande distribution Walmart, même si ces deux derniers ont pris des mesures plus timides qu’Aetna.

En effet, la théorie selon laquelle l’augmentation des plus bas salaires afin d’obtenir une meilleure équité entre les salariés ainsi que l’amélioration des conditions de travail, semble avoir trouvé, là-bas, une écoute favorable. Peut-être parce que Barack Obama lui-même avait mis en avant l’importance de l’augmentation du salaire minimum alors que le livre de Thomas Piketty n’était pas encore paru.
Le principe, résumé de façon très simpliste : une augmentation des salaires entraîne une hausse de la consommation.

Les événements marquants du parcours de Thomas Piketty

  • Cet économiste français de 43 ans, devenu spécialiste de l’étude des inégalités économiques, a  préparé sa thèse de doctorat en sciences économiques à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et à la The London School of Economics and Political Science (LSE).
  • En 1993, l’Association Française de Science Economique (AFSE) lui décerne le prix de la meilleure thèse de l’année.
  • De 1993 à 1995, il enseigne au Massachusetts Institute of Technology (MIT).
  • En 1994, il publie « Introduction à la théorie de la redistribution des richesses. »
  • De 1995 à 1997, il fait partie de la commission économique du PS.
  • De 1995 à 2000, il est chargé de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).
  • De 1996 à 2012, il est co-éditeur du Journal Of Public Economics.
  • En 1997, il publie « L’Economie des inégalités. »
  • En 1998, il est chroniqueur à Libération.
  • De 1998 à 2005, il est Membre de la Commission Economique de la Nation.
  • De 1999 à 2003, il est Membre du Conseil d’Analyse Economique.
  • En 2000, il est Directeur d’Etudes à l’EHESS.
  • En 2001, il publie « Les hauts revenus en France au XXème siècle : inégalités et redistribution, 1901-1998 » ; la même année, il obtient la médaille de bronze du CNRS.
  • En 2002, on lui remet le prix du Meilleur Jeune Economiste de France (Le Monde – Le Cercle des Economistes.)
  • De 2002 à 2013, il est co-directeur du « Public Policy Programme » du CEPR.
  • En 2003, il est membre du comité d’orientation scientifique de l’association « À gauche en Europe. »
  • En 2004, il publie « Vive la gauche américaine ! Chroniques 1998-2004. »
  • De 2004 à 2006, il est Responsable de la Formation « Analyse et Politique Economiques (APE) » (EHESS-ENS-ENSAE-X-ENPC-HEC) ; il est également Directeur du Département de Sciences Sociales de l’ENS et Directeur Adjoint de la Fédération Paris-Jourdan.
  • En 2005, il est chercheur à l’UMR Paris-Jourdan Sciences Economiques (CNRS-EHESS-ENPC-ENS).
  • De 2005 à 2007, il se consacre à la création d’une nouvelle institution universitaire française, à la demande de Dominique de Villepin ; le projet sera finalisé fin 2006 et il deviendra Directeur de la toute nouvelle Ecole d’Economie de Paris (qui regroupe l’ex-DELTA, le CERAS et le CEPREMAP).
  • En 2006, il publie en collaboration avec M. Valdenaire « L’impact de la taille des classes sur la réussite scolaire dans les écoles, collèges et lycées français – Estimations à partir du panel primaire 1997 et du panel secondaire 1995. »
  • En 2007, il devient conseiller de Ségolène Royal, ce qui l’oblige à abandonner son poste de Directeur ; il publie la même année, en collaboration avec T. Atkinson, « Top incomes over the twentieth century : a contrast between continental european and english-speaking countries. »
  • En 2008, il publie en collaboration avec A. Bozio « Pour un nouveau système de retraite : des comptes individuels de cotisations financés par répartition. »
  • En 2010, il publie en collaboration avec T. Atkinson « Top incomes : a global perspective. »
  • En 2011, il est Membre du Conseil d’Orientation de l’Institut des Politiques Publiques (Ecole d’Economie de Paris) ; il publie également en collaboration avec C. Landais et E. Saez « Pour une révolution fiscale – Un impôt sur le revenu pour le XXIème siècle. »
  • En 2012, il fait partie des cent intellectuels les plus influents selon le magazine anglo-saxon Foreign Policy ; il publie, de concert avec d’autres économistes, un texte de soutien à François Hollande dans Le Monde avant de faire machine arrière, jugeant que la politique fiscale et économique du gouvernement manque de cohérence ; il publie également cette année-là  « Peut-on sauver l’Europe ? Chroniques 2004-2012. »
  • En 2013, la European Economic Association lui décerne le prix Yrjö Jahnsson ; il publie la même année « Le capital au XXIème siècle. »
  • En 2014, ce dernier livre est traduit et publié aux Etats-Unis sous le titre « Capital in the 21st century », où il devient un best-seller. D’après Paul Krugman, Prix Nobel d’Economie, ce livre modifie le discours économique de façon significative.
  • En 2015, il refuse la Légion d’Honneur estimant, dit-on, que ce n’est pas le rôle d’un gouvernement de décider qui est honorable.

http://toutoblog.unblog.fr
toutoblog.unblog.fr

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Société
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Centre Paul Corteville : message à diffuser

Communiqué à relayer du Centre Paul Corteville publié sur leur page facebook. En cette pér…