http://toutoblog.unblog.fr TOULOUSE-LAUTRECToulouse-Lautrec

Le 24 novembre 1864, naissait à Albi, dans le Sud de la France, Henri Marie Raymond de Toulouse-Lautrec-Monfa, qui deviendra le célèbre peintre et lithographe que nous connaissons tous.

 

Sa famille, son enfance, sa maladie

Il descendait en droite ligne des puissants comtes de Toulouse. Ses parents, cousins au premier degré, eurent deux garçons, Henri étant l’aîné (son frère, né quatre ans plus tard, décéda environ un an après sa naissance).

Cette union n’était pas un mariage d’amour mais un moyen d’éviter l’éparpillement du patrimoine familial, pratique très courante à l’époque.

Ses parents se séparèrent et le petit Henri resta avec sa mère.

Il eut malgré tout une enfance heureuse jusqu’à ce que la maladie arrive, en 1874. La pycnodysostose dont il souffrait (maladie qui affecte le développement des os) affecta sa croissance et limita sa taille à 1m52. Son tronc était d’une taille normale alors que ses jambes ne grandissaient pas.  Ce qui lui donnait une allure assez bizarre.

Son visage ne l’avantageait guère non plus, avec ses lèvres et son nez épais. Pour couronner le tout, il zézayait.

 

Son parcours

Il ne fit pas de brillantes études. Élève, et plus tard ami, de René Princeteau (peintre animalier), il décida, soutenu par celui-ci et son oncle, de devenir artiste.

Il s’orienta vers le postimpressionnisme, devint un illustrateur de l’Art nouveau et lithographe.

La vie parisienne, bohème, l’inspirait. Il la croquera dans tous les sens du terme.

Son existence était dissolue, il fréquentait cabarets, théâtres… et maisons closes. Cela lui vaudra de contracter la syphilis.

Il était provocateur et exhibitionniste, mais apprécié de son entourage. Il devint une figure marquante de son quartier parisien, Montmartre.

Outre ses toiles qui illustraient la vie parisienne des théâtres et cabarets qu’il fréquentait assidûment, notamment le célèbre Moulin Rouge, Le Mirliton et Le Chat Noir,  il collaborera également à l’hebdomadaire humoristique Le Rire.

Il aimait les femmes, dont la célèbre Louise Weber, mieux connue sous son nom de scène « La Goulue » (danseuse excentrique qui a fait connaître le « cancan« ).

Il donnait également des cours de peinture, notamment à Suzanne Valadon, une de ces modèles qui deviendra artiste peintre.

Sa vie faite d’excès, son alcoolisme notoire et la syphillis, le conduisèrent au sanatorium.

Il s’éteignit le 9 septembre 1901 au château Malromé.

 

Le musée Toulouse-Lautrec d’Albi

Maurice Joyant, qui était son ami intime, souhaita mettre l’oeuvre de Toulouse-Lautrec en valeur. En accord avec sa mère, la Comtesse Alphonse de Toulouse-Lautrec, ils financèrent un musée qui fut créé à Albi et auquel il firent don de leur collection de tableaux.

Henri de Toulouse-Lautrec avait été un artiste prolifique, ses œuvres étaient nombreuses, diverses et variées (peintures, aquarelles, lithographies, affiches, dessins,…).

 

 

http://toutoblog.unblog.fr
toutoblog.unblog.fr

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Art
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Lorenzo M. Durán transforme les feuilles en oeuvres d’art

Lorenzo Manuel Duran J’ai eu un gros coup de cœur pour les œuvres de cet artiste aut…